Budget 2007, plus que calamiteux : SNCS-HEBDO 06 N° 22 du 28 SEPTEMBRE 2006

mmSNCS-FSU28 septembre 2006

Avec le budget 2007, le gouvernement se situe dans la continuité des deux derniers budgets et du « Pacte pour la recherche » voté par la seule UMP.

Henri-Edouard Audier, membre du bureau national du SNCS-FSU


Le reniement

 Après le mouvement de 2004, le gouvernement avait dû renoncer à la politique de suppression d’emplois : Raffarin avait promis 3000 emplois de titulaire en 2006 et 2007 (et du même ordre de grandeur au-delà). Il n’y en aura eu que 1500 en 2007 (reste à vérifier qu’ils soient tous titulaires) : 450 enseignants-chercheurs, 550 IATOS, 140 chercheurs et 410 ITA. Pour atteindre les 2000 qu’il annonce, le gouvernement ajoute les CDD créés.

 Devant l’Assemblée nationale, Goulart avait solennellement annoncé qu’il s’engageait à porter les allocations de recherche à 1,5 SMIC au 1/1/07. Elles n’augmenteront que de 8 % : il ne manque donc « que » 300/€/mois. Goulart n’est plus à un mensonge près.

 En effet, il s’était aussi engagé que la programmation du Pacte soit en euros constants et donc que les crédits budgétaires augmentent de 4 %. Ce qui n’est pas le cas.

 L’augmentation prévue pour les 150 000 agents de l’enseignement supérieur et de la recherche, est de l’ordre d’un « parachute doré » pour un petit PDG viré car incompétent.

La manipulation

« Le milliard supplémentaire » se décompose comme suit : crédits budgétaires + 458 M€ (+ 2,4 %), l’ANR et l’ANVAR : + 280 M€ (+ 39,7 %), les dégrèvements d’impôts + 280 M€ (+ 21,7 %). Comme en 2006, ce « milliard » est a priori amputé de 400 M€ d’inflation (2 % de 20 milliards). Il est enfin manipulatoire de décompter dans le milliard les dégrèvements, chose que personne n’avait jamais osé faire avant, en France ou ailleurs.

La stagnation

Les crédits budgétaires s’accroissent de 2,5 %, à peine plus que l’inflation. Même en y rajoutant l’ANR, la progression n’est que de 3,5 % soit moins que les 4 % nécessaires pour maintenir la part de la recherche publique dans le PIB. Pour les seuls crédits budgétaires, il aurait fallu 2 milliards de plus par an pour atteindre 3 % du PIB, et pour mettre les moyens par étudiant à hauteur nécessaire.

Le dirigisme gouvernemental

Par le nouveau décret, le gouvernement prend totalement en main l’ANR. Par l’AERES, il vise à évaluer « stratégiquement » les crédits de base. Les financements de l’ANR croissent de 235 M€. Pour les organismes, « les moyens de fonctionnement et d’équipement des laboratoires et équipes » de 12,3 M€. Sans commentaires.

La précarité

Phénomène majeur qui détourne les étudiants de la thèse et de nos métiers, la précarité s’accroît, non seulement par l’ANR et les autres contrats, mais aussi par la création de 100 CDD de plus dans les organismes. Le gouvernement n’a pas tiré la leçon des manifestations sur le CPE.

« La France sera en tête de l’Europe pour la recherche dès 2007 » disait Chirac en 2002. L’UMP, prépare la même escroquerie avec un beau programme pour 2007, paraît-il : demain on rase gratis, mais demain seulement. Or c’est aujourd’hui qu’il faut se battre pour changer ce budget. Le contexte électoral ne peut que nous y aider.

SNCS Hebdo 06 n°22



Nous contacter

SNCS-FSU
Campus CNRS d’Ivry-sur-Seine
27 rue Paul Bert
94 200 Ivry-sur-Seine

Tel : +33 1 49 60 40 34


NOUS ECRIRE



A decouvrir


  


A voir aussi

ADHESION

ARCHIVES

AGENDA

LIENS UTILES

Aller au contenu principal