L’accord Sanofi-avantis / Alliance SDV (AVieSan)(23/02/2010)

mmSNCS-FSU23 février 2010

L’accord Sanofi-avantis / Alliance SDV (AVieSan)

Par Henri-Edouard Audier

A propos du Grand emprunt, nous écrivions : « On peut partir, par exemple, de l’axe du rapport préconisant de « dynamiser la recherche partenariale public-privé] dans le secteur de la santé et des sciences du vivant ». En effet, le jour même où A. Syrota, futur « patron » de l’Alliance nationale pour les sciences de la vie, écrivait « demain 20 à 30 % de la recherche privée se fera avec le public » (La Tribune, 16/11/09), le Monde (16/11/09) titrait « Sanofi-Aventis parachève le nettoyage de son portefeuille de recherche » avec fermeture de plusieurs centres. Faut-il un dessin ? » ([http://www.sncs.fr/article.php3?id_article=2056) .

C’est désormais fait. Dans un communiqué Sanofi-avantis (S-A) précise : « Le 17 Février 2010 – Sanofi-aventis annonce aujourd’hui la signature d’un partenariat de Recherche avec AVIESAN, l’Alliance Nationale pour les Sciences de la Vie et de la Santé (…). C’est la première fois qu’un tel partenariat est signé avec l’ensemble du monde de la Recherche académique en France dans le domaine de la santé. »

Ce partenariat de Recherche avec AVIESAN a pour objectif de faire avancer les connaissances scientifiques dans le domaine des sciences de la vie et de la santé (…). Afin de permettre l’émergence de la créativité, des équipes, des laboratoires, des plateformes technologiques, voire des centres de recherche communs à sanofi-aventis et aux membres d’AVIESAN pourront être envisagés. »

Seul détail oublié par le communiqué de S-A, c’est que dans le même temps S-A ferme cinq centres de recherche, en solde deux et licencie 1300 chercheurs. S-A est pourtant une entreprise prospère, grâce au prix élevé des médicaments. Elle largement bénéficitaire : Act-up souligne que « Sanofi-Aventis a annoncé le 11 février dernier un bénéfice record de 8,4 milliards d’euros pour l’année 2009. Le géant de l’industrie pharmaceutique se place ainsi juste derrière Total parmi les multinationales françaises qui ont le vent en poupe. Le secteur des vaccins de Sanofi est celui du groupe qui a connu le bond le plus important l’année dernière, avec un chiffre d’affaires de 465 millions d’euros grâce au vaccin H1N1. Le PDG de Sanofi a d’ailleurs déclaré que les bénéfices du laboratoire seront similaires en 2010 à ceux réalisés en 2009 »(http://www.actupparis.org/spip.php?article3911).
.
Cette stratégie visant à mettre la recherche publique au service du privé de mise au service du privé a été préparée au niveau de la Présidence de la République. Elle est très bien expliqué (http://www.sncs.fr/article.php3?id_article=2038&id_rubrique=1518 ) dans un dossier du journal La Marseillaise : « Aujourd’hui à 16 heures, le Conseil stratégique des industries de santé (Csis) – qui réunit les dirigeants des principaux groupes pharmaceutiques français – va être reçu par le Président de la République à L’Elysée. Selon les membres du G5 (Sanofi-Aventis, Pierre Fabre, Servier, Ipsen et le Laboratoire de fractionnement des biotechnologiques) cette réunion « marquera une étape clé dans la reconnaissance des industries de la santé comme secteur stratégique. Parmi les axes de réflexion proposés par le G5 : Utiliser les fonds du Grand emprunt pour que les équipes de recherche françaises de rang international soient orientées vers des priorités stratégiques thérapeutiques nationales ; supprimer tout ou partie des taxes payées par l’industrie pharmaceutique pour les entreprises qui s’engagent à consacrer des montants équivalents au financement de projets de recherche en France. Enfin le G5 se prononce pour que l’Alliance Nationale pour les Sciences de la Vie et de la Santé, créée en avril dernier devienne « une agence de financement par projet pour pérenniser et accroître à long terme l’aide de l’Etat »
A cette réunion, Valérie Pécresse (http://www.sauvonslarecherche.fr/spip.php?article2925 ) ne dit rien d’autre : « De plus en plus, les médicaments innovants que vous développerez et produirez, auront été découverts par d’autres. Réussir ce transfert du capital intellectuel de nos scientifiques vers vos entreprises, c’est tout l’enjeu. (…) Avec l’Alliance, c’est enfin un interlocuteur unique, privilégié, que vous aurez dorénavant en face de vous, et nous poursuivrons cette simplification. (…) Nous mettons, actuellement en place des sociétés privées de valorisation au sein des campus des pôles de recherche et d’enseignement supérieur afin de rationaliser, professionnaliser et mutualiser les activités de valorisation et de transfert de technologie. (…) Nous avons triplé le montant du crédit impôt recherche [qui] atteint même 60% de vos dépenses de R&D lorsque celles-ci sont faites dans le cadre d’un partenariat avec un laboratoire public. »
Bien entendu, il faut des coopérations public-privé, mais dans le respect et dans l’intérêt de chaque partenaire. Ainsi, lors de la fermeture du centre de recherche d’Aventis à Romainville, des salariés de ce centre ont élaboré en 2003 le projet Nereis . C’est un projet original et structuré : un Centre de recherche commun à Aventis, au CNRS, à l’INSERM, et à l’Institut Pasteur. Ce projet a été reconnu scientifiquement viable, mais qui a été écarté. Dans une lettre (http://www.sauvonslarecherche.fr/spip.php?article3087 ), Alain Trautmann (SLR) et Thierry Bodin (CGT/S-A) se sont adressés aux dirigeants de S-A et de l’AVieSan pour leur demander de le prendre en considération. On attend avec intérêt la réponse

Chacun comprend, que le bilan global de cet accord pour la recherche est un solde négatif de 1300 chercheurs puisque, au mieux, il y a stagnation de l’emploi public. Certes, dans le communiqué de la firme, il est dit : « S-A a également signé une convention de mécénat en faveur du programme ATIP AVENIR du CNRS et de l’Inserm, pour participer au soutien de jeunes chercheurs qui souhaitent établir leur laboratoire de Recherche en France. » Mais que deviendront ensuite ces CDD, puisque le gouvernement entend supprimer des emplois publics dès 2011 (http://www.sncs.fr/article.php3?id_article=2081 ). Bonjour la précarité !



Nous contacter

SNCS-FSU
Campus de Meudon Bellevue • 1, place Aristide Briand
92195 MEUDON cedex

Tél. : 01 45 07 58 70


NOUS ECRIRE



A decouvrir


  


A voir aussi

ADHESION

ARCHIVES

AGENDA

LIENS UTILES