arton1006

VRS n°370 09/2007

VRS24 septembre 2007

Dossier : Énergie : produire et économiser


L’édito de Jean Fabbri, secrétaire général du SNESUP-FSU : Lucidité, détermination, action

Contre la volonté de la majorité des universitaires et des chercheurs, le gouvernement a imposé durant l’été une nouvelle loi d’organisation de l’enseignement supérieur et tourne déjà le dos aux fracassantes déclarations électorales sur la mise à niveau des moyens budgétaires des universités et de la recherche.

Les lois adoptées – avec une précipitation qui manifeste un goût de revanche idéologique voire de liquidation du patrimoine républicain – constituent une mise en cause des services publics et une confiscation au profit des plus fortunés des avantages fiscaux les plus éhontés.

Le projet de loi de finances 2008 amplifie les effets désastreux du crédit impôt recherche qui absorbe l’essentiel (400 millions d’euros) des hausses annoncées de budget. Les autres aspects sont aussi nocifs. Aucun recrutement statutaire annoncé, suppression de milliers d’emplois dans l’éducation et pour le supérieur et la recherche, possibilités de recruter en CDD ou CDI du personnel par centaines – tant pour les tâches administratives que pour celles d’enseignement – et hors statut et hors échelle indiciaire, quelques chercheurs étrangers censés redorer le blason prétendument écorné, si l’on s’en tient au scandaleux classement de Shanghai, de la recherche française.

Cet été, les réactions d’un vaste éventail du monde scientifique ont déjoué l’enfermement d’une logique binaire simpliste: statu quo ou loi «Pécresse». Ces soutiens et sympathies qui s’expriment dans de larges secteurs de la société, il est possible de les fédérer pour rendre incontournables l’abrogation de ce texte et la mise en débat d’une loi portant ambition et conception démocratiques pour le supérieur et la recherche.

Les menaces globales sur les libertés (droit de grève, peines « planchers », abandon de l’irresponsabilité pénale des malades mentaux…), sur l’emploi et les salaires, sur la protection sociale et les retraites rendent de telles convergences nécessaires.

C’est donc à une rentrée lucide et déterminée que nos syndicats appellent !VRS n°370



Nous contacter

SNCS-FSU
Campus CNRS d’Ivry-sur-Seine
27 rue Paul Bert
94 200 Ivry-sur-Seine

Tel : +33 1 49 60 40 34


NOUS ECRIRE



A decouvrir


  


A voir aussi

ADHESION

ARCHIVES

AGENDA

LIENS UTILES

Aller au contenu principal