Commission administrative du SNCS-FSU du 13 octobre 2017

jeudi 19 octobre 2017
par  SNCS

Commission administrative du SNCS-FSU du 13 octobre 2017

Le projet de budget de 2018 est soumis à l’objectif de la baisse du déficit public en dessous du seuil des 3%. A ce choix de l’austérité, s’ajoute le choix du gouvernement d’engager une baisse des prélèvements au bénéfice des plus riches et des entreprises. Au total c’est une baisse de 15 milliards des dépenses publiques qui est prévue.

Cette baisse du budget sera supportée par la sécurité sociale (5 milliards), les collectivités territoriales (3 milliards) et l’État (7 milliards). Elle se traduira par un affaiblissement des politiques publiques redistributives, avec notamment la mise à mal des services publics, un accroissement des inégalités et une régression sociale pour tous.

Cette baisse des dépenses publiques se traduit déjà par des mesures telles que le gel de la valeur du point d’indice pour les plus de 5 millions d’agent.e.s de la Fonction publique, le rétablissement de la journée de carence auxquels s’ajoute l’annonce de la suppression de 120 000 emplois publics sur 5 ans.

Les projets annoncés sur le financement de la sécurité sociale par l’impôt et non plus par les cotisations patronales et salariales annoncent une dégradation sociale du système de santé et de retraite et de la politique familiale. Le SNCS dénonce ces projets qui dénaturent la sécurité sociale et soustraient aux travailleurs un salaire différé au profit d’un financement par l’état.

L’annonce d’une augmentation de 700 millions d’€ du budget de la MIRES permettra au mieux de couvrir les mesures salariales dans les organismes de recherche. Ce budget est dans la continuation des précédents, il entérine la diminution de l’emploi scientifique statutaire et la dégradation de la recherche publique.

Seule une loi de programmation permettra de répondre aux besoins de l’ESR, à hauteur de 3 milliards d’€/an pendant 10 ans pour atteindre l’objectif de 1% du PIB pour la recherche publique et 2% du PIB pour l’enseignement supérieur.
Seul un plan pluriannuel de création d’emplois de fonctionnaires, enseignants-chercheurs, chercheurs, ingénieurs, personnels techniques et administratifs à hauteur de 5 000 créations par an pendant 10 ans permettra de recruter des jeunes scientifiques au plus proche de la fin de la thèse et de résorber tous les emplois précaires.
Seul un financement de base des laboratoires suffisant permettra de mettre en œuvre leur programme de recherche validé lors de l’évaluation quinquennale et d’assurer ainsi l’indépendance de la recherche et le développement du front continu des connaissances.

La CA appelle l’ensemble des personnels de l’ESR à s’investir dans les mobilisations à venir. Elle mandate le BN pour diffuser une analyse des conséquences de ces politiques sur nos métiers et nos conditions de travail dans la recherche, et permettre la mobilisation des personnels.

La CA appelle tous les syndiqués à participer au congrès du SNCS à l’occasion des AG de section et en venant au congrès à Meudon, et à s’investir dans la prochaine CA.

16 pour, 1 contre, 3 abstentions, 0 ne participe pas au vote


Annonces

Comment nous contacter

  PNG - 1.5 ko   PNG - 1.2 ko


La VRS (trimestrielle)

JPEG - 197.3 ko ->http://sncs.fr/La-VRS]


SNCS-Hebdo

JPEG - 230.3 ko