Pour une transition écologique socialement juste

Titre :

Description:

Pour une transition écologique socialement juste

VRS n°431
Parution
12/2022
Numéro
431
Lire la VRS

Edito par Hervé Christofol et Chantal Pacteau

La communauté scientifique alerte, depuis de nombreuses années, sur les conséquences environnementales et sociales d’un système économique basé sur l’extractivisme, le productivisme, la dépendance aux énergies fossiles et la croissance de la consommation. Depuis le rapport Meadows en 1972 jusqu’aux récents rapports du GIEC1 et de l’IPBES2, les scientifiques qui travaillent sur le changement global (climat, biodiversité) documentent l’avancée des connaissances tout en explorant, à l’aide de scénarios, quelles pourraient être les trajectoires du changement selon les décisions que nous prenons aujourd’hui.

La VRS s’est faite l’écho, à plusieurs reprises, de cette problématique, notamment à l’automne 2015 avec le dossier « Conférence climat Paris 2015 : enjeux et débats autour de la COP21 » (VRS n° 402) ou, plus récemment, à l’été 2017, avec le dossier « Les scientifiques, acteurs de la transition écologique et solidaire » (VRS n° 409). L’enseignement supérieur et la recherche publique ont, en effet, un rôle important à jouer dans la construction de la transition écologique. Nous l’avions évoqué lors du précédent numéro de la revue en recueillant le témoignage de chercheurs du laboratoire 1point5. Mais ce n’est pas l’objet de ce dossier qui fait un état des lieux militant et engagé des objectifs et actions – en particulier de l’Alliance écologique et sociale (AES) – en faveur d’une transition écologique socialement juste.

Nous souhaitons rendre compte de ce moment présent où ONG et associations écologistes se sont unies avec des syndicats pour travailler à « changer le système, pas le climat », pour reprendre le célèbre slogan de la Coalition Climat 21. Durant de nombreuses années, les responsables politiques ont justifié leur inaction face au changement global par la volonté de préserver les emplois ou d’en créer de nouveaux, indépendamment des impacts des secteurs d’activité sur le climat et la biodiversité, et d’accompagner les délocalisations d’industries polluantes dans des pays aux législations plus permissives pour produire moins cher. Face à cette irresponsabilité (c’est un euphémisme) et à l’activisme des lobbies productivistes et extractivistes, ONG, associations et syndicats se sont organisés avec pour objectif de construire une transition écologique qui soit socialement juste ; ce qui implique que des pans entiers de l’industrie, de l’agriculture et des transports soient reconvertis et d’autres développés, que les services publics soient renforcés et que l’enseignement et la formation préparent au « monde d’après ».

C’est pourquoi nous avons invité plusieurs membres fondateurs de l’AES, les syndicats FSU, CGT, Solidaires et l’UNEF ainsi que les ONG et associations ATTAC, OXFAM France, ISF Agrista, à nous parler de leurs engagements dans l’articulation des luttes environnementales et sociales. Nous avons complété ce dossier en cherchant à comprendre de quoi l’éco-anxiété est le nom et en réaffirmant la nécessité de la transformation des politiques publiques. Souhaitons que ces articles alimentent les débats pour les luttes en cours et à venir afin que puisse advenir la transition écologique socialement juste que nous voulons.


Lire la VRS

Nous contacter

SNCS-FSU
Campus de Meudon Bellevue • 1, place Aristide Briand
92195 MEUDON cedex

Tél. : 01 45 07 58 70


NOUS ECRIRE



A decouvrir


  


A voir aussi

ADHESION

ARCHIVES

AGENDA

LIENS UTILES