Politique de sites : des regroupements chaotiques

Titre :

Description:

Politique de sites : des regroupements chaotiques

VRS n°419
Parution
12/2019
Numéro
419
Lire la VRS

édito

Par Hervé Christofol et Chantal Pacteau
 

Politique de sites : des regroupements chaotiques

 

 

A travers ce dossier, qui complète et enrichit celui de la VRS 417 du printemps 2019 (1), nous souhaitons esquisser un bilan de dix années de « politique de site », au plus près des préoccupations des personnels et des impacts scientifiques, pédagogiques, organisationnels et humains de ces politiques de regroupement, qu’elles soient au niveau local, régional ou européen.

Car si les objectifs déclarés des présidents d’université impliqués dans les projets de fusion et recensés dans le rapport de l’inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR ) de mars 2019 (2), étaient de « se donner une identité plus claire pour une meilleure visibilité et lisibilité, notamment à l’international », « construire ou retrouver une université complète ou pluridisciplinaire », « optimiser les moyens », « construire une gouvernance forte » ou « obtenir une IDEX ou une I-SITE », ceux de la tutelle étaient tout autre : réduire la contribution de l’État au financement de la recherche et de l’enseignement supérieur publics et organiser la différenciation des établissements, afin d’en amener quelques-uns à briller dans le marché mondial de l’économie de la connaissance, tout en laissant la majorité se débattre pour mener à bien leurs missions de service public.

Après avoir imposé, en 2013, des regroupements sous la forme de fusions, de communautés d’universités et d’établissements (ComUE) ou d’associations, d’avoir labellisé les projets de (dé)structuration à l’aide d’IDEX ou d’ISITE,
le gouvernement est obligé de constater les impasses auxquelles ont mené nombre de projets. Pour sortir des blocages et des structures fantoches actuels, il propose – avec l’ordonnance de 2018 – trois nouvelles formes de regroupement à expérimenter durant dix ans « au plus » : les établissements publics expérimentaux, les ComUE expérimentales et les conventions de coordination territoriale. Nombre d’établissements s’en sont déjà saisis. Une nouvelle fuite en avant…

Les projets de regroupement chaotiques ont déjà, en partie, détruit la collégialité et la démocratie universitaire et conduit à abandonner des secteurs entiers de formation et de recherche dans certaines régions pour satisfaire aux exigences de la spécialisation, de l’excellence et de la lisibilité. Alors qu’un nouvel appel à projet est en cours, cette fois pour construire des regroupements à l’échelle européenne, c’est à un voyage dans les établissements et universités auquel nous vous convions entre Grenoble, Lille, Lyon, Montpellier, Nantes et Paris et dans les régions Bretagne, Normandie et Pays de la Loire. Nos conclusions sont toujours les mêmes : il serait temps d’arrêter de courir après des promesses de financement
qui organisent la concurrence et imposent tant de renoncements aux valeurs de l’université et à ses missions de service public.


Lire la VRS

Nous contacter

SNCS-FSU
Campus de Meudon Bellevue • 1, place Aristide Briand
92195 MEUDON cedex

Tél. : 01 45 07 58 70


NOUS ECRIRE



A decouvrir


  


A voir aussi

ADHESION

ARCHIVES

AGENDA

LIENS UTILES