VRS n°397 08/2014

Recherche scientifique en France et ailleurs : question d’argent ou d’idéologie ?
mercredi 13 août 2014
par  VRS

Si nous connaissons la situation de la recherche en France, qu’en est-il dans les autres pays, en Europe et dans les autres parties du monde ? Quelles sont les analyses et les revendications des organisations syndicales ou associatives des scientifiques dans leur pays ?
Nous avons demandé à des organisations de nous décrire la situation de la recherche dans leur pays. Ce dossier, très incomplet et bien modeste pour couvrir l’ensemble des pays, donne déjà une idée de qui se passe au niveau international : tous dans le même navire !

Austérité, regroupements : faire grandir l’exigence d’alternatives !

édito de Claudine Kahane et Marc Neveu
Cosecrétaires généraux du SNESUP-FSU

La loi de finances rectificative pour 2014, dont l’adoption a été qualifiée de « vote de courage » par le Premier ministre, entérine l’acte I des coupes budgétaires massives que nécessite la mise en oeuvre du Pacte de Responsabilité. L’Enseignement Supérieur et la Recherche sont aux premières loges : parmi les 1,6 milliard d’euros d’annulation de crédits pour 2014, l’ESR contribue pour 25 %, soit autant, pour une année, que les baisses de crédits des 2 années précédentes ! Quant au budget « sanctuarisé » annoncé par le président de la République, il correspond en fait, selon les estimations de G. Fioraso, à un manque de 1,6 Md €au budget de la MIRES par rapport aux besoins, sur la période 2015-2017 !

Ces coupes budgétaires auront des effets dévastateurs dans les établissements et les organismes.

Alors que l’emploi scientifique est déjà dans une situation catastrophique dans notre pays, une nouvelle dégradation de l’emploi se profile, elle aussi confirmée par la secrétaire d’État (« les recrutements seront moins nombreux que précédemment »).

En parallèle, la course folle aux regroupements des établissements et des organismes continue derrière la carotte de l’appel à projet PIA2, dont le cadrage(1) définit une vision de l’ESR à deux vitesses : à « une dizaine de grandes universités », le « rayonnement de leur recherche, l’attractivité de leurs formations, la notoriété de leur corps académique » ... et l’appel à projets IDEX, aux autres, « le partenariat avec le
monde économique », « la formation professionnelle »,... et l’appel à projets I-SITE.

Malgré l’obstination du ministère, le calendrier imposé est manifestement intenable (plus de la moitié des 20 COMUE en projet n’auront pas adopté leurs statuts avant l’automne) et les projets, là où ils sont enfin soumis aux personnels, sont massivement rejetés (aucun de la vingtaine de comités techniques d’organisme ou d’établissement consultés à ce jour ne s’est prononcé favorablement !)
Pourtant, les moyens existent, aujourd’hui, pour que notre pays investisse dans l’enseignement supérieur et dans la recherche, en réorientant les financements sur projets inefficaces, coûteux et générateurs de précarité vers des budgets pérennes et des emplois permanents, en réformant profondément le crédit impôt-recherche dont chaque pourcent représente la création de 1 000 nouveaux postes de chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs et techniciens.

La mobilisation pour l’emploi scientifique, initiée le 11 juin, doit se poursuivre et s’amplifier.
C’est le sens de la pétition lancée par le Comité national de la recherche scientifique(2), c’est le sens de l’initiative « Sciences en marche »(3) en préparation pour l’automne.

Le temps doit être donné aux personnels des établissements et des organismes pour élaborer, dans la transparence et la sérénité, sans calendrier contraignant ni modalités imposées, les projets de coopération, tant en recherche qu’en formation, qui sont le ferment même de nos missions. C’est le sens du moratoire des regroupements et de la réécriture de la loi ESR que nous demandons.


1. décret publié au J.O. le 2 juillet 2014 (NOR : PRMI1413657X) ; le président du CNRS a aussi déclaré en février 2014 que celui-ci ne
participera qu’aux COMUE présentant « un projet scientifique ambitieux et tourné vers l’international ».
2. http://www.change.org/fr/
pétitions/au-gouvernement-français-l-emploi-scientifique-est-l-investissement-d-avenir-par-excellence ; pour plus d’informations et
d’argumentaires, voir http://www.urgence-emploi-scientifique.org
3. http://sciencesenmarche.org


PDF - 1.3 Mo
VRS n°397 08/2014 Version PDF

Annonces

Comment nous contacter

  PNG - 1.5 ko   PNG - 1.2 ko


La VRS (trimestrielle)

JPEG - 1.3 Mo ->http://sncs.fr/La-VRS]


SNCS-Hebdo

JPEG - 230.3 ko