VRS n°392 04/2013

mardi 16 avril 2013
par  VRS

Dossier : Recherche en éducation

VRS n°392 04/2013

L’édito de Patrick Monfort,
Secrétaire général du SCNS-FSU

Pas de choc d’intelligence !

Le choc est à la mode. Pourtant, dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR),
le gouvernement se contente d’un toilettage a minima des lois Pacte pour la Recherche
et LRU. Il y faudrait, encore plus qu’ailleurs, une rupture avec les politiques précédentes,
une loi qui balaie le fatras de structures mises en place depuis plus de dix ans de politiques
de droite néolibérale.

Le manque de volonté politique de donner à la communauté scientifique les moyens
de ses ambitions est proprement sidérant. L’argument de la crise, rabâché par le gouvernement,
est inadmissible. Que coûte la suppression des structures anti-démocratiques,
chronophages et... budgétivores que sont les « initiatives d’excellence », les alliances,
l’AERES, l’ANR, la SNRI ? Que coûte de redonner leurs missions aux organismes de
recherche ?

Le discours gouvernemental sur l’importance de l’ESR fait l’impasse sur les moyens,
à l’exception d’un Crédit d’impôt recherche (CIR) qui n’a jamais été aussi haut (5,5 milliards
d’€ en 2013).

La perte d’emploi scientifique est massive. La baisse annoncée des budgets conduit
automatiquement à la diminution des effectifs des personnels, tant titulaires que précaires,
dans l’ESR. C’est une génération que l’on sacrifie ; c’est l’avenir qui est compromis.
Les non recrutements d’aujourd’hui sont les non investissements de demain.

La situation de la recherche est aggravée par les délocalisations auxquelles procèdent
les entreprises, y compris dans leur secteur de recherche, vers les pays asiatiques,
attirées par leurs capacités croissantes en matière de recherche, de R&D, d’innovation
ou de transfert, conjuguées à des salaires dits attractifs. Mais le CIR n’est d’aucune
utilité pour faire rester en France ces emplois à haute valeur ajoutée !

La solution ne sera pas de sommer les établissements et les personnels de faire du
« transfert » (terminologie qui remplace désormais celle d’« innovation »). Voudraientils
se plier à cette injonction qu’ils n’en auraient d’ailleurs ni les compétences ni les
moyens. Comme nous le répétons depuis longtemps, le transfert n’est pas un simple
débouché de la recherche fondamentale.

Brûlant des cierges aux dieux de l’innovation et de la technologie, les politiques
sacrifient la recherche sur l’autel de la mondialisation et de la financiarisation. Elle
risque d’en mourir, interdite de fonctionner selon des principes qui continuent à faire
leurs preuves et de remplir sa mission au service de la connaissance.


Annonces

Comment nous contacter

  PNG - 1.5 ko   PNG - 1.2 ko


La VRS (trimestrielle)

JPEG - 1.3 Mo ->http://sncs.fr/La-VRS]


SNCS-Hebdo

JPEG - 230.3 ko