VRS n°391 12/2012

mardi 11 décembre 2012
par  VRS

Dossier : Transition énergétique

PDF - 1.9 Mo
VRS n°391 12/2012

L’édito de Stéphane Tassel, secrétaire général du SNESUP-FSU

Influer sur les décisions



Dans un contexte particulièrement tendu, le gouvernement a annoncé des
mesures censées relancer la compétitivité, qui renforcent l’austérité et mettent
à contribution les salariés. Le budget de l’ESR ne répond pas aux besoins des formations
et des laboratoires. Confirmant nos analyses, une quinzaine de présidents
d’université se sont adressés à la ministre de l’ESR, pour « l’alerter sur la situation
dramatique que de nombreuses universités rencontrent déjà et qui va se généraliser
très rapidement si rien ne change », et lui demander de reprendre la gestion de
la masse salariale et des personnels titulaires.
Excluant de nombreux personnels, les mesures de résorption de la précarité
Sauvadet, préparées à effectifs et budgets constants, risquent d’opposer entre
eux titulaires et contractuels... et candidats aux recrutements. Suite aux interventions
et actions sur ce point, la MESR a dû annoncer - avant l’ouverture des
Assises nationales- le déblocage de fonds côté Enseignement supérieur (rien
pour les EPST), permettant l’application de la loi pour 2 000 personnes. Mais le
recensement reste à revoir et le MESR refuse d’ouvrir des postes de MCF, CR
ou IGR.

Les méthodes utilisées pour enfermer le débat des Assises territoriales et des
Assises nationales, cherchant à gommer l’essentiel, n’auront pas empêché que
la communauté universitaire et scientifique bouscule une mécanique pourtant
bien huilée. Rompre avec les politiques dites d’excellence, faire revivre la collégialité,
réaffirmer le rôle des UMR et du CNRS, améliorer la réussite des étudiants... tels
sont des objectifs affichés. Il faudra les concrétiser. D’autres questions comme
le devenir de l’ANR et de l’AERES, l’organisation des universités - avec celles dites
grandes ou fédératives - et le mode d’élection des conseils, restent soumises à
l’arbitrage de la ministre. La volonté des régions de s’imposer dans l’enseignement
supérieur et la recherche a été contestée.

En demandant solennellement de voir les moyens renforcés, notamment en
termes de masse salariale permettant de titulariser tous les BIATSS et ITA, ainsi
qu’un plan pluriannuel de recrutement de chercheurs et d’enseignants-chercheurs,
V. Berger, rapporteur des Assises, pointe l’urgence de programmer des moyens
à la hauteur des exigences.

Une loi doit être présentée au printemps prochain. Il nous faudra peser sur
son contenu et sur la programmation de moyens pour l’ESR.


Annonces

Comment nous contacter

  PNG - 1.5 ko   PNG - 1.2 ko