Revue de presse du jeudi 4 février 2010

vendredi 5 février 2010
par  Administrateur

Congrès FSU :
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/02/04/01011-20100204FILWWW00549-egalite-des-chances-la-fsu-critique.php
La FSU estime que les politiques éducatives en matière d’« égalité des chances » ne visent qu’à « renforcer les ghettos sociaux et scolaires », dans un texte portant sur l’Education adopté lors de son Congrès à Lille. La loi de mars 2006 sur l’Egalité des chances et le Plan Espoir
Banlieues « ne visent tout au plus qu’à ’sauver’ les plus ’méritants’ sur fond de renoncement à tous les autres (...) et ce faisant renforcent les ghettos sociaux et scolaires », stipule notamment le syndicat dans ce document transmis à la presse.

http://www.lesechos.fr/info/france/020347942677-thibault-veut-pousser-plus-loin-les-cooperations-avec-la-fsu.htm
Les bans ne sont pas encore publiés et le mariage paraît encore très prématuré, mais la FSU et la CGT ont fait hier un pas décisif dans leur rapprochement. Présent, pour la deuxième fois, au congrès de la fédération enseignante, à Lille, le secrétaire général de la confédération, Bernard Thibault, a répondu favorablement à la main tendue par le patron de la FSU, Gérard Aschieri. *« Y a-t-il davantage à faire, pouvons-nous pousser plus loin nos coopérations ? C’est à notre sens souhaitable et possible au vu de nos expériences », *a affirmé le patron de la CGT, chaleureusement applaudi par les 800 militants présent

http://www.congres.fsu.fr/spip.php?article93*
Comment envisagez-vous l’évolution du paysage syndical ?*Il évoluera sous l’influence des nouvelles règles en matière de représentativité syndicale qui permettent enfin aux salariés de décider, à travers les élections professionnelles, de leurs représentants à la table des négociations et des conditions dans lesquelles les accords doivent être appliqués. Toutefois, elle peut contribuer à réhabiliter l’intérêt de l’engagement syndical et recrédibiliser la représentation syndicale qui n’apparaît plus comme un outil institutionnel.

http://www.lesechos.fr/info/france/020339580950-une-femme-de-terrain-prend-la-tete-de-la-federation.htm
*« * C *’est quelqu’un qui sait écouter* * »*, dit d’ailleurs d’elle Frédérique Rolet, l’une des dirigeantes du SNES, principal syndicat du secondaire. Une qualité qui lui sera sans doute utile pour gérer les relations -délicates -entre le SNES et le SNUipp, les deux frères rivaux de la FSU. Car, de fait, la désignation -presque inédite -d’un professeur des écoles à la tête de la fédération a forcément valeur de symbole au moment où le SNUipp gagne du terrain -dans les urnes et dans la rue -face au puissant SNES. D’autant que Bernadette Groison a fait ses armes au SNUipp jusqu’à devenir cosecrétaire générale entre 2004 et 2007.

http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/societe/20100204.FAP6377/education_gerard_aschieri_quitte_la_tete_de_la_fsu_vend.html
Le secrétaire général de la FSU, Gérard Aschieri, passe la main vendredi à l’issue du sixième congrès de l’organisation syndicale qui se tient depuis le début de la semaine à Lille. Seule candidate en lice, Bernadette Groison, professeur des écoles, devrait être élue à sa place pour un mandat de trois ans renouvelable.


Annonces

Comment nous contacter

  PNG - 1.5 ko   PNG - 1.2 ko


La VRS (trimestrielle)

JPEG - 477.6 ko ->http://sncs.fr/La-VRS]


SNCS-Hebdo

JPEG - 230.3 ko