Pour des listes de lutte dans les conseils d’universités

vendredi 8 février 2008
par  Administrateur

Paris, le 18 janvier 2008

Cher(e) Camarade,

Le SNCS et le SNESUP combattent la loi LRU (Libertés et responsabilités des universités), comme
ils ont combattu le Pacte Recherche et ses agences ANR, AERES. Ils développent toutes les actions
publiques pour la mettre en échec. C’est l’un des objectifs revendicatifs du 24 janvier, et une
manifestation nationale unitaire appuyée sur le mémorandum du 6 décembre est en perspective.

L’abrogation de la loi et son remplacement par une véritable loi d’orientation et de programmation
ne peut être que l’aboutissement d’une lutte pied à pied, y compris dans les conseils d’administration
des universités, que dans l’intervalle nous ne pouvons pas laisser sous la mainmise libérale.
Selon le nouveau mode électoral du Conseil d’Administration, la liste majoritaire « éliminera » les
autres : elle obtiendra 5 ou 6 sièges sur 7, une liste minoritaire aura 1 siège au plus. Nous ne
pouvons pas laisser les forces les plus libérales accaparer la totalité du le pouvoir dans les
universités. Ne nous dispersons pas. Les chercheurs des UMR sont désormais électeurs de droit à
tous les scrutins de l’université. Le SNESUP et le SNCS se doivent de s’unir et de rassembler
d’autres forces syndicales et d’autres personnalités universitaires, autour d’un programme qui permet
de combattre la nocivité la loi pour les libertés académiques et de résister à la volonté
gouvernementale de réduire l’enseignement à l’insertion professionnelle et la recherche à
l’innovation. Ce programme portera dans les scrutins les analyses et propositions de la FSU. En
particulier,

1) attribution d’un maximum de pouvoir aux CA, CS et CEVU, dans les statuts,

2) mise en place de commissions de spécialistes pour moitié (au moins) élues, dans chaque
discipline,

3) refus d’application de l’article autorisant le recrutement de personnels contractuels,

4) défense des unités mixtes de recherche,

5) « mutualisation » des financements d’origine privée,

6) moratoire sur le passage aux compétences élargies (budget global, etc.)

Sur cette base, nous invitons nos sections syndicales, leurs militants SNESUP et SNCS, leurs
adhérents, à se rapprocher des collègues proches de nos orientations syndicales pour constituer des
listes autour de nos deux syndicats dans les trois conseils : CA, CS et CEVU.

Bien fraternellement.

Jean FABBRI,
Secrétaire Général du SNESUP

Jean-Luc MAZET ,
Secrétaire Général du SNCS

PDF - 47.2 ko
Circulaire SNCS-SNESUP

Annonces

Comment nous contacter

  PNG - 1.5 ko   PNG - 1.2 ko