Lettre ouverte de Bernadette Groison au Premier ministre sur la situation de l’ESR

lundi 8 décembre 2014
par  SNCS

Les Lilas, 3 novembre 2014

Monsieur le Premier ministre

Depuis de nombreux mois, la FSU et ses syndicats de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) - SNASUB, SNCS, SNESUP - alertent les ministres en charge de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la situation particulièrement préoccupante pour la production et la diffusion du savoir, pour les étudiants et la nécessaire relance de la démocratisation de l'enseignement supérieur. Les universités et les organismes de recherche sont soumis aux effets d'une part du manque cruel d'investissement financier de l'Etat, et d’autre part d'un pilotage bureaucratique de l'activité de leurs personnels, ballotté au gré d'une restructuration sans précédent du tissu scientifique. Les expressions, diverses dans leurs formes, d'opposition et de résistance, au sein de la communauté universitaire et scientifique n'ont rien d'anecdotiques, elles sont les signaux profonds de revendications, trop longtemps ignorées.

Monsieur le Premier Ministre, nous souhaitons par la présente tirer la sonnette d'alarme devant le danger encouru par l'ensemble du système d'enseignement supérieur et de recherche. Parmi les enjeux pour la politique scientifique du pays, l'engagement budgétaire de l'Etat et des perspectives pour l'emploi scientifique de toutes les catégories de personnels sont en toute première place.

La FSU et ses syndicats de l’ESR ont été porteurs d’analyses et de propositions sur toutes ces questions, dont le financement de l'enseignement supérieur et de la recherche et l’emploi scientifique, lors des Assises de l’ESR organisées après le changement politique. L'ensemble de la communauté universitaire et scientifique estime urgent une programmation pluriannuelle des moyens à la hauteur des besoins.

Ainsi, après le Conseil scientifique du CNRS en mars, le Comité national de la recherche scientifique a lancé en juin dernier un important appel pour l'emploi scientifique, relayé par le collectif Sciences en Marche, par plus de 660 directeurs d'unités de recherche, par des personnalités de la communauté universitaire et scientifique. La manifestation importante du 17 octobre, à laquelle la FSU et ses syndicats de l’ESR ont contribué, regroupant plus de 8000
manifestants – des jeunes pour la plupart – a été un écho retentissant d'une partie des exigences portées par la communauté universitaire et scientifique.

Lire la suite dans le pdf ci-dessous

Réponse du Premier sur la situation dans l’ESR

Paris, le 24 novembre 2014

Madame la Secrétaire Générale,

Vous avez souhaité appeler mon attention sur la situation de l'enseignement supérieur et de la recherche en France. A cet effet, vous m'avez adressé un courrier qui a retenu toute mon attention.

La grande qualité de notre système d'enseignement supérieur et de recherche français est un atout majeur pour notre pays et pour l'avenir de notre jeunesse. C'est pourquoi, pour 2015, ce gouvernement a veillé à ce que le budget de l'enseignement supérieur et de la recherche soit placé sous le signe de la stabilité. C'est un chox important, dans le cadre des fortes contraintes budgétaires qui sont les nôtres.

Je n'ignore pas toutefois l'inquiétude de la communauté universitaire et scientifique. J'ai transmis votre correspondance à la Ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche, et à la Secrétaire d'Etat en charge de l'enseignement supérieur et de la recherche, en leur demandant de vous répondre directement et de vous approter toute précision sur les mesures engagées.

Je vous prie de croire, Madame la Secrétaire Générale, à l'assurance de mes salutations les meilleures.

Manuel Valls

Documents joints

Lettre_FSU_Premier_Min_Situation_ESR_03112014
Lettre_FSU_Premier_Min_Situation_ESR_03112014

Annonces

Comment nous contacter

  PNG - 1.5 ko   PNG - 1.2 ko