Le CNRS ferme son unité Réseaux et choisit Microsoft : l ‘analyse du SNTRS-CGT

vendredi 9 juillet 2010
par  VRS

Depuis 20 ans, l’unité réseaux du CNRS (UREC) avait notamment pour mission l’aide aux
Administrateurs Systèmes et Réseaux des Laboratoires (ASR). L’accompagnement des
informaticiens allait de la construction des services, en particulier internet, à une expertise aux
niveaux logiciels, chiffrements, architectures, matériels... L’UREC fournissait des formations pour
apporter de la qualité de service et de la sécurité, tout ceci avec une sensibilité sur le monde libre et
l’open-source (logiciels et systèmes d’exploitation libres d’utilisation).

Le premier juillet 2010, la direction du CNRS fait passer l’UREC sous le contrôle de la Direction
des systèmes informatiques, la DSI. Le dernier projet étudié par la DSI est une offre de services
à destination des laboratoires concernant la messagerie, la suite bureautique « office » etc... et
bien sûr du pur Microsoft !!! « C’est un choix stratégique » déclare le directeur de la DSI. Cela
rappelle une déclaration de ce dernier début 2010 « Microsoft est très motivé pour avoir la référence
CNRS »...Bien entendu, cette offre sera externalisée, car la DSI est la spécialiste de la sous-
traitance. Autre offre à l’étude à la DSI, une offre « datacenter » dont le but consiste à héberger
les serveurs des laboratoires. Chez quel prestataire ira cette offre ? Bull, Cap Gemini, Logica, déjà
lauréats du contrat de maintenance et d’infogérance du système d’information du CNRS pour un
montant de 48 millions d’euros sur une durée de 6 ans ?

Pour le SNTRS-CGT, l’intégration de l’UREC à la DSI est inquiétante. L’UREC a développé
une expertise réelle mise au service des laboratoires. Lorsqu’on aura externalisé chez Microsoft
et consorts l’offre de services aux laboratoires, que fera-t-on des personnels de l’UREC et plus
tard des administrateurs Systèmes et Réseaux des laboratoires ? Plus besoin d’UREC, plus besoin
d’Administrateurs Systèmes et Réseaux. Le rouleau compresseur de l’externalisation des métiers
d’administrateurs systèmes et réseaux du CNRS est en route, dans une logique qui ne vise à terme
qu’à faire baisser le nombre de postes de fonctionnaires titulaires.

Le choix du « tout Microsoft » qui se met en place au CNRS, mais aussi à l’INRIA et à l’IRD ne
correspond pas aux besoins des laboratoires et n’a pour seul but que l’externalisation des activités
informatiques. Ce choix aura des impacts sur l’indépendance de la DSI, des laboratoires et des
agents. Nombreux sont les laboratoires et les personnels qui ont choisi des solutions Open-Source et
les ont installées dans leurs structures. Outre leur gratuité et leur aspect libre, ces solutions peuvent
être modifiées et mises à disposition d’autres utilisateurs, ce qui n’est pas le cas des solutions
Microsoft qui sont des outils cloisonnés et payants. En plus de la remise en cause inéluctable
des outils choisis (système d’exploitation, client de messagerie, suite bureautique...) c’est toute
l’indépendance des laboratoires qui, à terme, s’en trouve menacée.

Le SNTRS-CGT demande le maintien des personnels de l’UREC sur leur poste et leur mission afin
de conserver au CNRS l’expertise développée au sein de l’UREC.


Annonces

Comment nous contacter

  PNG - 1.5 ko   PNG - 1.2 ko