« L’Être et le Guéant » (04/01/2012)

mercredi 4 janvier 2012
par  Administrateur

Les Echos du 29/12/2011 publient une remarquable tribune de Vincent Chauvet intitulée « Taxe sur les étudiants étrangers : l’Être et le Guéant ».

« Malgré la promesse de Claude Guéant de réviser sa Circulaire du 31 mai, le Gouvernement vient d’inscrire dans le budget 2012 une nouvelle taxe sur les diplômés étrangers...

En psychiatrie, on appellerait ça une névrose obsessionnelle. Après la circulaire du 31 mai 2011 relative à la maîtrise de l’immigration professionnelle, dite « Circulaire Guéant », bras armé d’une politique du chiffre en matière d’immigration légale, après le décret du 6 septembre 2011 (pris pour l’application de la loi du 16 juin 2011 relative à l’immigration, l’intégration et la nationalité et relatif aux titres de séjour) qui augmente de 30% les ressources exigées pour obtenir un titre de séjour étudiant, le Gouvernement a créé dans la loi de finances pour 2012, promulguée hier, une nouvelle taxe sur les étudiants étrangers...

Gratuit jusqu’en décembre 2008, le renouvellement d’un titre de séjour étudiant est actuellement soumis à une taxe comprise entre 55 et 70 euros. A partir du 1er janvier, la taxe variera entre 200 et 385 euros. A cela s’ajoute une nouvelle contribution de 110 euros payable dès le dépôt de la demande et non remboursable même en cas de refus.

Alors qu’une politique intelligente d’attractivité universitaire supposerait d’investir ou au moins d’inciter les meilleures étudiants étrangers à venir étudier et travailler en France, c’est exactement le contraire qui se passe.

Depuis la décision de Nicolas Sarkozy d’octroyer la gratuité de l’enseignement aux Français expatriés, les frais de scolarité des lycées français à l’étranger ont explosé pour les élèves étrangers. Pour venir étudier en France, il leur faut ensuite, depuis septembre 2011, justifier de 615 euros minimum de ressources mensuelles pour obtenir un titre de séjour étudiant. »

Lire la suite sur : http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/societe/education/221141718/taxe-diplomes-etrangers-letre-et-gueant

Ce crétinisme, électoraliste ou pathologique ne date pas d’hier. Il a commencé avec les lois Pasqua, il s’est poursuivi par des tracasseries administratives toujours plus nombreuses et culmine aujourd’hui avec Guéant. Il contraste avec la politique suivie par de nombreux pays comme le Canada ou l’Allemagne, comme en témoigne l’article intitulé « L’Allemagne prend le contre-pied de la circulaire Guéant »
www.e-orientations.com/actualites/l-allemagne-prend-le-contre-pied-de-la-circulaire-gueant-9421

« Alors que la circulaire Guéant est plus que jamais contestée, nos voisins allemands n’hésitent pas, eux, à miser sur les étudiants étrangers. Un projet de loi, proposé le 7 décembre dernier par le gouvernement fédéral, prévoit en effet un certain nombre de simplifications pour l’immigration d’étudiants qualifiés.

"En période de compétition mondiale pour les talents, nous voulons garder toujours plus les diplômés qui ont suivi leur formation en Allemagne", affirme ainsi Annette Schavan, ministre fédérale de l’Enseignement et de la Recherche. Et de surenchérir : "C’est un vrai signe de bienvenue aux étudiants étrangers. Avec ce projet de loi, les études en Allemagne gagnent encore en attractivité"

En entrant dans le détail, le projet de loi prévoit notamment que les étudiants diplômés étrangers disposeront d’un accès illimité au marché du travail au moment de leur recherche d’emploi.

De la même manière, ils pourront rester un an sans aucune restriction sur le territoire après la fin de leurs études, et la restriction temporelle en matière d’activité professionnelle, qui était auparavant de 90 jours, va tout simplement disparaître ! »


Annonces

Comment nous contacter

  PNG - 1.5 ko   PNG - 1.2 ko


La VRS (trimestrielle)

JPEG - 477.6 ko ->http://sncs.fr/La-VRS]


SNCS-Hebdo

JPEG - 230.3 ko