D’après le PS, 150 millions de crédits ESR 2009 seraient supprimés par loi rectificative (11/12/09)

vendredi 11 décembre 2009
par  Administrateur

Pour le budget 2009, comme pour le budget 2008, deux secteurs sont prioritaires pour les suppressions de crédit par la loi rectificative en fin d’exercice : enseignement supérieur et recherche (ESR) d’une part, environnement de l’autre. Pourquoi ? Parce ces budgets étant sensibles pour l’opinion, le gouvernement les gonfle dans la Loi de finances initiale, sachant qu’on supprimera une bonne partie de l’augmentation en fin d’année.

D’après la même source, le secteur le plus touché de l’ESR serait « recherche pluridisciplinaires » auquel émarge le CNRS et l’INSERM. Étonnant, non ? Nous publierons et commenterons le communiqué de victoire de Pécresse ... si elle en fait un.


Enseignement supérieur et recherche : le gouvernement ne tient pas ses promesses

Le 10 décembre 2009

Le jour même où le Chef de l’Etat participait à une table ronde sur le grand emprunt, promettant monts et merveilles pour la recherche et l’enseignement supérieur, c’est une toute autre réalité qui se dessinait au Parlement.

L’UMP, dans le cadre des discussions relatives à la loi de finances rectificative pour 2009, prévoit la suppression d’environ 150 millions d’euros de crédits de paiement pour l’enseignement supérieur et la recherche. Cela place ce secteur au deuxième rang des priorités gouvernementales.... pour les suppressions de crédits, juste après l’environnement. La recherche fondamentale fait tout particulièrement les frais de ces annulations de crédits, réduisant à néant les annonces d’augmentations faites par Valérie Pécresse.

Le gouvernement promet donc chaque année des augmentations et ne tient pas ses promesses. Ces annulations de crédits auront des conséquences concrètes. Ainsi des dettes de l’Etat à l’égard de jeunes entreprises innovantes ne pourront être payées en 2009 car les crédits nécessaires ont été annulés.

Le Parti Socialiste réclame une remise à plat complète du financement de la recherche et de l’enseignement supérieur. Les modalités de financement, avec la montée en puissance des dépenses extrabudgétaires, via le Plan Campus notamment, vont à l’encontre de la transparence nécessaire. Il faut faire toute la lumière sur ces questions. Après les mensonges de Valérie Pécresse sur la dépense par étudiant, ou sur la formation des enseignants, le gouvernement continue aujourd’hui de promettre sans tenir.

Communiqué de Bertrand Monthubert - Secrétaire national à la recherche et à l’enseignement supérieur

http://presse.parti-socialiste.fr/2009/12/10/enseignement-superieur-et-recherche-le-gouvernement-ne-tient-pas-ses-promesses/


Navigation

Articles de la rubrique

Annonces

Comment nous contacter

  PNG - 1.5 ko   PNG - 1.2 ko