Contrairement à V. Pécresse, l’OCDE n’a détecté aucun accroissement des moyens de la recherche publique (en un graphique)(25/05/2010)

mardi 25 mai 2010
par  Administrateur

Contrairement à V. Pécresse, l’OCDE n’a détecté aucun accroissement des moyens de la recherche publique (en un graphique)

Le graphique ci-dessous, tiré des « principaux indicateurs de la science et de la technologie » de l’OCDE, montre que les moyens de la recherche publique française ont stagné, sinon baissé depuis 2002 et notamment entre 2007 ou 2008. Contrairement à tous les autres pays.

Seules les dépenses réelles sont enregistrées par l’OCDE
Pour chaque pays, l’OCDE publie les « dépenses » réelles des établissements d’où que viennent leurs ressources (financements propres, agences, étranger). De ce fait, les mensonges et omissions du pouvoir en place sur les « fantastiques augmentations » des moyens, tout particulièrement de Valérie Pécresse, médaille d’or, sont facilement détectés. L’OCDE distingue les dépenses de recherche du secteur universitaire, plus le CNRS pour la France (la Dirdes), et les dépenses du secteur d’Etat, à savoir les organismes de recherche (la Dirdet).

PNG - 5.6 ko

L’OCDE n’a pas détecté le « 1,8 milliard de plus » annoncé pour 2008
En dépenses (et non en annonces médiatiques), la recherche publique a légèrement baissé depuis 2002 : 1,4 %. Pire, pas le moindre petit million en plus en 2008, et même quelques uns en moins, alors que Valérie Pécresse et Nicolas Sarkozy avaient annoncé 1,8 milliard de plus pour la recherche et l’enseignement supérieur.

Il est clair que les annonces gouvernementales pour le budget 2008 étaient des mensonges, nous l’avions dit à l’époque, mais ma presse a souvent reproduit en coupé-collé les déclarations erronées, pas les nôtres. La constance des moyens montre que Bercy avait planifié comme constant les moyens de la recherche publique sur plusieurs années : les mensonges ministériels sont donc délibérés. Gageons que pour 2009 et 2010, l’OCDE ne détectera pas plus le « 1,8 milliard de plus ».

Tous les autre pays a fortement progressé entre 2002 et 2008
Si la France est mondialement en tête pour les promesses médiatiques faites pour la recherche, mis à part le cas particulier de la Hongrie qui a traversé un grave crise, le tableau ci-joint montre que la France est le seul pays en régression. Les autres pays progressent de 15, 30 ou 60 %.

<

               Evolution des dépenses de recherche publique de 2002 à 2008
                          (en millions de dollars constants, base 200)
2002 2008 Ratio
en %
Dirdes(b) Dirdet(b) Total Dirdes(b) Dirdet(b) Total
Allemagne(a) 9006 7273 16279 9465 8158 17623 +8.3
Autriche(a) 1343 283 1626 1614 362 1976 +21.5
Belgique 1151 390 1541 1334 540 1874 +21.6
Danemark 899 287 1186 1217 146 1363 +14.9
Espagne 2650 1370 4020 3952 2686 6638 +65.1
Finlande 906 490 1396 1100 503 1653 +18.4
France 6837 5993 12830 6977 5677 12654 -1.4
Grèce(a) 550 260 810 781 332 1113 +37.4
Hongrie(a) 342 446 788 360 373 733 -7.0
Ireland 304 118 422 603 169 772 +83.0
Italie 5567 3980 8547 6007 2792 8799 +2.9
Pays-Bas(a) 2287 1094 3381 2796 1184 3980 +17.7
Pologne 799 1071 1870 1140 1197 2337 +25.0
Portugal 545 273 818 956 220 1176 +43.8
Roy.-Uni 6615 2624 9239 8751 2894 11645 +26.1
Suède 2100 320 2420 3952 496 4448 +83.8
Tchéquie 324 438 762 529 659 1188 +56.0
Islande 41 62 103 74 53 127 +23.3
Norvège 719 424 1140 1136 527 1663 +45.9
Suisse 1422 72 1494 1658 60 1718 +15.0
Turquie(a) 1958 214 2172 2864 627 3491 +60.7
Australie(a) 2463 1783 4246 3305 1806 5111 +20.4
Canada 5915 1988 7903 6754 2071 8825 +11.7
Etats-Unis 35685 32290 67975 41809 34495 76304 +12.2
Chine(ab) 4581 11774 16355 7386 16750 24136 +47.6
Corée(a) 2241 2897 5138 3793 4151 7944 +54.6
Japon(a) 14302 9826 24128 15687 9676 25363 +5.1
Singapour(ab) 782 376 1158 1045 604 1649 +42.4
Taipei(ab) 1306 2710 4016 1871 2803 4674 +16.4

(a) données de 2007 et non de 2008, (b) données de 2003 et non de 2002 ; (b) voir texte.


Il est donc clair que ce n’est pas la recherche qui a creusé le déficit budgétaire ou la dette. Mais ne voulant ni supprimer le paquet fiscal, ni la TVA sur la restauration, le crédit d’impôt, ni s’attaquer aux hauts revenus qui relèvent du parasitisme social, Sarkozy fera payer notamment la recherche par des diminutions de crédits et au moins 2000 suppressions d’emplois.

Mais il y a encore beaucoup mieux : malgré sa première place pour les aides de l’Etat aux entreprises, les données de l’OCDE montrent que la France se situe au seizième rang mondial pour les dépenses des entreprises/PIB. Elle est de plus le seul pays au monde dont les dépenses de R&D des entreprises ont régressées depuis 2002 : c’est l’article suivant.

Henri Audier


Annonces

Comment nous contacter

  PNG - 1.5 ko   PNG - 1.2 ko


La VRS (trimestrielle)

VRS n° 399


SNCS-Hebdo

JPEG - 230.3 ko


La lettre du SNCS-FSU