Communiqué sur les situations de harcèlement dans les EPST

vendredi 10 novembre 2017
par  SNCS

Le SNCS-FSU s’associe pleinement à la lettre ouverte du SNTRS-CGT du 31 octobre 2017. Les élu.e.s de plusieurs commissions administratives paritaires (CAP) du CNRS ont été fortement ému.e.s des conditions extrêmement difficiles dans lesquelles se sont déroulées les auditions de victimes de harcèlement, convoqué.e.s comme témoins lors de CAP réunies en formation disciplinaire. La confrontation directe de victimes avec leurs harceleurs, sans aucun appui de leur avocat.e ou de personnes proches, a produit une situation hautement anxiogène et a conduit à des malaises graves.

Le SNCS-FSU appuie la demande faite par le SNTRS-CGT que "les textes réglementaires qui régissent la fonction publique en matière de discipline évoluent pour répondre à de telles situations ...". Dans celles-ci, un soutien juridique et psychologique est souhaitable même lorsqu’il s’agit de personnels non titulaires des EPST concernés, comme c’est le cas pour les doctorant·e·s, particulièrement exposé·e·s du fait de leurs relations de subordination à des harceleur.e.s potentiel.le.s.

Au moment où la parole se libère enfin, où les victimes osent parler et ont le courage de dénoncer des agissements inacceptables - non seulement dans nos organismes mais aussi, de façon plus générale, dans la société tout entière - un changement des procédures d’audition et un statut plus protecteur du témoin en tant qu’éventuelle victime apparaissent fortement nécessaires.

Meudon, le 10 novembre 2017


Annonces

Comment nous contacter

  PNG - 1.5 ko   PNG - 1.2 ko


La VRS (trimestrielle)

JPEG - 330.2 ko ->http://sncs.fr/La-VRS]


SNCS-Hebdo

JPEG - 230.3 ko