Commission administrative du SNCS-FSU du 22 avril 2016

mercredi 4 mai 2016
par  Administrateur

Motion générale

Situation générale : La mobilisation contre la loi travail doit s’amplifier

Face à l’entêtement du gouvernement à maintenir son projet, la détermination reste intacte et soutenue massivement par l’opinion publique. Les mobilisations des salarié-es, des étudiant-es et des lycéen-nes contre le projet de loi travail ne faiblissent pas.
Ce projet est irrespectueux des droits, conditions de travail et de vie des générations actuelles et à venir. La flexibilité et la précarité n’ont jamais été facteurs de progrès et d’emploi.
L’attaque vise les salariés du secteur privé, dont certains sont également des collègues dans nos établissements. Cependant les attaques contre les fonctionnaires continuent et notre milieu est concerné par des attaques contre le statut de chercheur à temps plein, par la précarité et par le manque d’emplois scientifiques (chercheurs, ingénieurs et techniciens) dans la recherche.
Au contraire des objectifs affichés, cette loi aggravera les problèmes du pays, en favorisant les licenciements, les délocalisations, les pressions sur les travailleurs, la destruction des outils de production, de recherche et de développement.
Ensemble et solidaires, nous devons résister. La mobilisation du jeudi 28 avril à l’appel de CGT, FO, FSU Solidaires, UNEF et UNL doit unifier toutes les catégories sociales et professionnelles, toutes celles et tous ceux qui luttent pour le retrait du projet de loi et exigent des mesures de progrès social.
Le CA du SNCS estime que si, au soir du 28 avril, le gouvernement reste sourd à la revendication clairement exprimée par les travailleurs et n’a pas retiré son projet de loi, il sera de la responsabilité des confédérations et fédérations syndicales de mettre en œuvre les moyens permettant d’obtenir ce retrait. La CA appelle à organiser des assemblées générales dans les établissements de l’ESR et les services et à mettre en discussion tous les moyens de lutte, y compris la grève reconductible.
La CA dénonce les violences policières qui ont frappé des jeunes, violences qui procèdent d’une stratégie d’intimidation non seulement à l’encontre de la jeunesse mais aussi des salarié-es. La CA demande que soit mis fin à ces actes notamment en levant l’état d’urgence et en arrêtant les poursuites contre les militants syndicaux, lycéen-es et étudiant-es. Il est crucial que les libertés démocratiques soient respectées, notamment en garantissant le droit de réunion et de manifestation aux lycéen-es et aux étudiant-es. La CA demande la non reconduction de l’état d’urgence.
La CA appelle tous les personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche à continuer à se mobiliser dans le cadre des actions en cours et à venir, et à envisager l’amplification des mobilisations au delà du 28 avril.

Situation spécifique de la recherche :

La CA mandate le BN pour communiquer sur plusieurs sujets urgents (communiqué de presse, SNCS Hebdo) : l’agenda social dont les propositions sur le statut des chercheurs et sur les jurys de concours chercheurs, les carrières des CR et des IT, le RIFSEEP des IT, les CHSCT, le CRAC, la précarité, l’emploi scientifique (chercheurs, ingénieurs et techniciens) ….

15 pour – 0 contre – 0 abstention – 0 refus de vote


Annonces

Comment nous contacter

  PNG - 1.5 ko   PNG - 1.2 ko


La VRS (trimestrielle)

JPEG - 477.6 ko ->http://sncs.fr/La-VRS]


SNCS-Hebdo

JPEG - 230.3 ko