15 mars 2012, SNCS/FSU, journée de travail et d’échanges sur les conditions de travail, Meudon

mercredi 14 mars 2012
par  Admin

Journée de formation et d’échanges sur les conditions de travail au SNCS/FSU

Jeudi 15 mars 2012 de 10h à 17h
sur le campus du CNRS de Meudon Bellevue
1, place Aristide Briand - 92190 Meudon

(pour accéder en transport en commun : de la gare de Montparnasse, prendre un train de banlieue, direction Versailles St-Quentin-en-Yvelines, en tête de train, descendre à BELLEVUE, 1 train tous les ¼ d’heure, durée du trajet : ¼ d’heure)

Afin de permettre la participation la plus large parmi les syndiqués, nous avons labellisé cette demi-journée comme stage de formation FSU et une attestation peut vous être remise le 15 mars (sur demande au secrétariat du syndicat). Dans ce cadre, le syndicat prend en charge les frais de déplacements des participants sur présentation des justificatifs.

Ci-dessous le programme de la journée.
Programme

À partir de 9 heures : accueil des participants autour d’un café

10h00 - 13h00 État des lieux

* Introduction de la journée : Stress, maltraitance, souffrance, harcèlement, RPS(*), de quoi parlons-nous ?
Christine Eisenbeis et Jean-Luc Mazet

* Introduction par Yves Baunay et Gérard Grosse de l’Institut de recherche de la FSU : quelques résultats de l’analyse du travail, le travail empêché (prescrit/réel).

* Présentation des expériences locales et débat. Chacun est invité à contribuer

12h45 Repas

14h00-17h00 Quelles réponses syndicales, exemples, débats et propositions de réponses.

* Introduction par 3 interventions :
Les RPS au CNRS, la circulaire sur le harcèlement (Maud Leriche et Bernard Veyssière, SNCS CNRS)
Les RPS à l’Inria, groupe de travail, plan de prévention (Pierre Deransart, SNCS Inria)
Le point à l’Inserm (Maria-Angeles Ventura, SNCS Inserm)

* Débats

* Proposition de calendrier

Voir aussi sur le site : http://www.sncs.fr/rubrique.php3?id_rubrique=1676

(*) RPS = risques psycho-sociaux

Rappel :

À tous les syndiqués

Suivant le mandat du congrès syndical national de janvier 2011 (voir en fin de message), nous organisons une journée de formation et d’échanges autour du problème de nos conditions de travail le 15 mars 2012, veille de la prochaine commission administrative du SNCS.

Sous la pression syndicale et à l’occasion de l’élargissement des missions des comités d’hygiène et sécurité (CHS), des groupes de travail sur les "risques psycho-sociaux" ont été mis en place par les CNHS du CNRS et de l’Inria. Au delà des « risques psycho-sociaux », notre approche concerne plutôt le « stress au travail » et met en cause l’ensemble des conditions de travail. Financiarisation, ré-organisations, réductions de personnel, mobilité, flexibilité, RGPP, morcellement du temps, évaluation par indicateurs, primes au mérite, etc., sont autant de facteurs aggravant nos conditions de travail. Le travail est empêché. Les médecins du travail alertent. Des conflits surgissent dans les labos. Les directions répondent formation au management, suivi "RH" des agents, et aggravent les problèmes en en faisant ainsi porter la responsabilité aux individus.

Quelles sont les conséquences sur les métiers de la recherche, comment préserver sa santé, comment résister aux pressions, individuellement, collectivement, quelles réponses syndicales, ... voici quelques propositions de sujets que nous pourrons aborder.

Selon l’avancement de nos propositions, ce thème pourrait faire l’objet d’un atelier de notre congrès à l’automne.

La formation est ouverte à tous les syndiqués. Si vous comptez y participer, ou si le sujet vous interpelle, merci de nous le faire savoir en répondant à sncs@cnrs-bellevue.fr, avec, le cas échéant, vos propres témoignages ou analyses. Le programme vous sera communiqué ultérieurement, mais réservez dès aujourd’hui cette journée du 15 mars.


rappel : mandat du CSN (voir le texte de congrès ici)

Souffrance au travail

Les emplois précaires, la loi sur la mobilité et notamment son article 7, dont le décret d’application vient d’être publié, le morcellement du temps de travail, les fiches de temps que certains EPST veulent mettre en place, le travail scientifique de plus en plus mesuré (notations, indicateurs, bibliométrie) et non évalué, les projets de référentiel chercheur ou de caractérisation du métier de chercheur sont autant de sources de souffrance au travail. Cette politique actuellement mise en place fiche les activités et les personnes. Le SNCS réaffirme que les personnels ne sont pas du matériel humain et ne doivent pas être traités comme tels.

Le SNCS récuse cette politique qui multiplie les cas de harcèlement et de souffrance au travail. Une loi punit ces agissements. Le SNCS soutiendra les personnels victimes de ces pratiques. Le CSN recommande la création d’un groupe de travail au sein du syndicat chargé de la lutte contre le harcèlement et la souffrance au travail. Ce groupe devra élaborer des réponses collectives en collaboration avec les futurs CHSCT (Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail) et les travailleurs sociaux. Ses actions devront être largement portées à la connaissance des personnels.


Annonces

Comment nous contacter

  PNG - 1.5 ko   PNG - 1.2 ko